Vivre sur la Côte-Nord :
Rencontres et témoignages

Sandra Bouffard Vivre à Fermont, une mine d’avantages

sandra_545x192

Sandra Bouffard creuse des trous. Et elle adore ça. « Je voulais travailler dehors, dans lʼaction. À Fermont, jʼai trouvé mon bonheur! » Maniant avec dextérité les commandes électroniques dʼune immense foreuse sur chenilles, la jeune femme donne forme à une ouverture cylindrique de 13 pouces de diamètre par 17 mètres de profondeur. Les explosifs quʼon y glissera ensuite feront voler en éclat quelque
1000 m3 de roc.

sandra_200x200_3Détentrice dʼun diplôme de Technologie de lʼarchitecture du Cégep de Rimouski, Sandra est revenue à Fermont en 1997, pour les vacances dʼété et nʼest plus jamais repartie. Avant dʼêtre opératrice de foreuse, elle tenait le volant des gigantesques camions de 200 tonnes qui, jour et nuit, sillonnent la mine de Mont-Wright, un gisement exploité par ArcelorMittal, numéro un mondial de la sidérurgie.

Difficile de travailler dans ce monde traditionnellement masculin? « Non, au contraire. Il y a beaucoup dʼentraide et de soutien. Lʼimportant, cʼest dʼêtre appliqué et compétent. Et comme la mine donne beaucoup de formation, tout sʼapprend! » Avec un excellent salaire, de généreuses vacances et un horaire avantageux, Sandra peut, en plus de relever des défis professionnels, exploiter ses talents dʼentrepreneure.

sandra_200x200_2UN BEAU RÊVE DEVENU RÉALITÉ

Il y a quelques mois, Sandra sʼest lancée en affaires. Dans son sous-sol, quʼelle a entièrement réaménagé, chiens et chats viennent se faire faire une beauté. « Quand lʼautre salon de toilettage a fermé, jʼai vu lʼopportunité de réaliser un vieux rêve. Jʼai suivi une formation par Internet, puis j’ai passé mes vacances dʼété en stage dans un salon à Matane. Avec mes horaires à la mine (quatre jours de travail, suivis de quatre jours de congé), cʼest facile de mener des projets parallèles. Et ce nʼest pas la clientèle qui manque! »


sandra_200x200_1HISTOIRE DE FILLES

Oubliez les levers aux petites heures le dimanche matin. Cʼest après lʼécole, vers 16 h 30, que les deux filles de Sandra sautent sur la glace de lʼaréna. Après avoir aidé Alexandra et Élisabeth, 11 et 8 ans, à lacer leurs patins, maman les regarde fièrement sʼélancer, pratiquant arabesques et autres figures compliquées. Tout ça avant même dʼaller préparer le souper.

Les filles ont aussi fait du ballet et de la natation (comme la patinoire, la piscine de Fermont est gratuite et très facile dʼaccès). Si le cœur leur en dit, elles pourront suivre des cours de guitare, de piano, de scrapbooking, dʼarts martiaux… « Ce nʼest pas le choix qui manque, ça cʼest sûr. Et quand je ne peux pas les accompagner, elles se rendent sans problème toutes seules à leurs activités. Fermont, cʼest un endroit merveilleux pour grandir… et pour voir grandir ses enfants. »

Les coups de cœur de Sandra

  • Les aurores boréales, très fréquentes.
  • La pêche et les expéditions qui la précèdent : en motoneige lʼhiver
    et en hydravion lʼété.
  • Les Monts Severson et Groulx, lieux envoûtants quʼil faut avoir foulés
    du pied au moins une fois dans sa vie.

0 commentaire

Partagez