Vivre sur la Côte-Nord :
Rencontres et témoignages

Martin Fournier Jeter l’ancre pour aller plus loin

martin_545x192

Près du Musée de la mer, à Tadoussac, une coquette maison rouge attire lʼoeil du promeneur. Construite au début du siècle par le Capitaine Bernier — célèbre pour ses multiples expéditions polaires visant lʼétablissement de la souveraineté canadienne dans lʼArctique —, la demeure abrite maintenant Le Limaçon, lʼatelier-boutique de Martin Fournier.

martin_200x200_1

Mais pourquoi sʼétablir à Tadoussac quand on a déjà une boutique aux Îles-de-la-Madeleine et un atelier à Montréal? « Parce que cʼest relax, les gens sont accueillants. Après deux mois ici, jʼétais déjà un gars de la place! »

UN PIED-À-TERRE EN HAUTE-CÔTE-NORD

Au départ, Martin cherchait surtout à établir un point de vente. Sur la terrasse de lʼAuberge Tadoussac, où il faisait escale chaque été, ses créations trouvaient facilement preneurs. Et lʼartisan joaillier se sentait chez lui dans ce village à lʼesprit décontracté, où culture et nature font bon ménage.

« Cʼest sûr quʼil y a la beauté du fleuve, mais ce nʼest pas primordial pour moi, car je peux être inspiré nʼimporte où. Ce que jʼaime ici, cʼest surtout les gens. Il y a plein de cafés, beaucoup dʼoccasions de rencontres. Cʼest vrai quʼil y a moins de monde quʼà Montréal, mais ça favorise des amitiés plus diversifiées. »

martin_200x200_4

Martin a acheté la maison en 2007. Dans lʼespace boutique, ses œuvres sont mises en valeur dans de grands présentoirs baignés de soleil. Le lieu accueille aussi les pièces dʼautres créateurs : céramique, ébénisterie, verre soufflé, design textile… Autant de trésors qui charment les amateurs de beaux objets. Et comme son atelier sʼouvre sur la boutique, Martin se fait un plaisir de discuter de ses techniques, de la provenance dʼune pierre ou du bijou sur mesure quʼil pourra créer avec le souvenir que vous venez tout juste de ramasser, sur la longue plage de sable qui borde la baie.


DES PROJETS PLEIN LA TÊTE

martin_200x200_3Il y a quelques mois, la demeure centenaire a été soulevée dans les airs pour permettre lʼajout dʼun atelier dʼébénisterie de 950 pi2 au sous-sol. Les plans prévoient aussi une autre vague de travaux qui, dans quelques années, garniront la maison dʼune rallonge.

En faisant ces investissements, Martin a pour objectif de passer plus de temps à Tadoussac, un lieu où il se sent bien. Le Limaçon est ouvert de mai à octobre, mais lʼartisan joaillier poursuit ensuite sa production en prévision du Salon des métiers dʼart de Montréal, auquel il participe chaque année. Puis, il sʼenvole pour le Mexique où, pendant un mois ou deux, il achètera les pierres de ses futures collections.

martin_200x200_5« Depuis trois ou quatre ans, il y a beaucoup de jeunes qui viennent sʼinstaller à Tadoussac. Ça crée un milieu de vie dynamique, plein de projets. Cʼest stimulant de sentir que ça bouge! »

Lorsque le besoin de calme se fait sentir, Martin pousse la porte de sa maisonnette et sʼévade à pied dans les sentiers qui longent le fjord. Ou bien il arpente la baie de Tadoussac à lʼaffût de pierres uniques qui, une fois taillées et polies, trouveront place dans sa nouvelle collection de bijoux. Pour lʼéquilibre, difficile de trouver mieux…

0 commentaire

Partagez