Vivre sur la Côte-Nord :
Rencontres et témoignages

Sylvie Perron Du haut des airs

sylvie_545x192

En cas dʼurgence, cʼest elle qui évacue les malades. Quand la mer sʼemporte, elle assure la liaison entre le continent et lʼîle dʼHarrington Harbour. Une équipe de prospecteurs doit aller recueillir des échantillons au milieu de nulle part? Des chasseurs veulent rejoindre leur camp par la voie des airs? Autant de missions pour la pilote Sylvie Perron!

Entre son cockpit et ses trois enfants, la jeune pilote dʼorigine suisse nʼa pas le temps de sʼennuyer. En Basse-Côte-Nord, elle a trouvé lʼendroit parfait pour élever sa famille tout en se consacrant au métier qui la passionne. Et du haut des airs, elle apprécie encore plus ce territoire aux allures de paradis secret.

sylvie_200x200_7LE BON CÔTÉ DES CHOSES

« Bien sûr, vivre ici comporte quelques défis. Par exemple, il faut prévoir pour plus longtemps quand on va faire nos emplettes parce quʼil nʼy a pas de centre dʼachats à côté. Cela dit, on ne manque de rien. Et on nʼachète pas nʼimporte quoi sur un coup de tête. Ça rend lʼépargne pas mal plus facile, et on peut ensuite faire des projets qui nous tiennent vraiment à coeur, comme faire découvrir lʼEurope aux enfants. »

Lorsquʼon lui demande sʼil lui arrive de sʼennuyer, Sylvie répond quʼau contraire, elle manque de temps pour tout faire. Grâce à lʼimplication des gens, une foule dʼactivités, tant sportives que culturelles, sont offertes à Chevery. Sans compter les solides liens dʼamitié qui ponctuent la vie quotidienne de cette communauté : repas partagés, excursions de pêche, soirées dʼaurores boréales, construction de châteaux de sable, blond et fin comme celui des Caraïbes…

FAIRE UNE DIFFÉRENCE

sylvie_200x200_3

Sylvie est arrivée à Chevery il y a 14 ans. Après lʼobtention de son brevet de pilote, elle est venue rejoindre son amoureux en Basse-Côte-Nord. Tous deux sont maintenant responsables de la base dʼHélicoptères Canadiens à Chevery. Alors que Marc conjugue les rôles de pilote et de mécanicien, Sylvie prend la voie des airs trois jours par semaine depuis la naissance de Savanah, sa fille aînée.

« Nous avons beaucoup de latitude, mais beaucoup de responsabilités aussi. Il faut faire preuve dʼautonomie, de débrouillardise et, surtout, dʼun excellent jugement. Dans une région où les villages ne sont pas reliés par la route, notre travail est considéré comme un service essentiel. Toute la communauté compte sur nous, cʼest très valorisant. »

sylvie_200x200_2

VIVE LʼHIVER!

Frileuse de nature, Sylvie nʼhésite pourtant pas à dire que lʼhiver est sa saison préférée. La clé de ce paradoxe : la motoneige. « À notre arrivée ici, des voisins nous ont prêté une vieille motoneige. Moi qui nʼétais jamais montée là-dessus, jʼai adoré! Le terrain de jeu est infini et il commence juste derrière la maison. Depuis que les enfants sont là, les expéditions sont moins spontanées (rires), mais on est mieux équipés et surtout, on a une super destination! »

En effet, le couple sʼest construit un petit camp en bois, quelque part vers le nord. Un projet auquel le père de Sylvie a aussi participé. Chaque hiver, sa femme et lui troquent les montagnes helvètes pour les randonnées en raquette et la pêche sur glace avec leurs petits-enfants.

Dʼune génération à lʼautre, le coup de cœur pour la région est contagieux. Et Sylvie Perron a lʼintention dʼy succomber encore longtemps.

0 commentaire

Partagez