Vivre sur la Côte-Nord :
Rencontres et témoignages

Jérôme Poulin De coup de tête à coup de foudre

jerome_top

« J’avais besoin de changement. Un matin, j’ai vu une offre d’emploi à Fermont
et j’ai appliqué, sur un coup de tête. »

jerome_2Cette candidature, Jérôme l’avait presque oubliée quand on l’a convoqué en entrevue quelques jours plus tard.
« Je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais. C’était un beau défi, avec de très bonnes conditions et en lien direct avec ma formation en maintenance industrielle. » L’entrevue avait lieu à Montréal. Jérôme a donc foncé sans avoir vu sa future destination professionnelle, à 1 200 km au nord de son Estrie natale…

Du haut des airs

Son premier contact avec la région de Caniapiscau, Jérôme l’a eu quelques semaines plus tard, à travers un hublot. « À perte de vue, c’était la nature sauvage : la forêt, les lacs, les rivières… Pour un maniaque de plein air, ça ressemble pas mal au paradis. » Une impression que partagent d’ailleurs plusieurs de ses amis venus lui rendre visite depuis. « Quand j’ai quitté Sherbrooke, ils ne comprenaient pas mon choix. Mais quand ils débarquent ici, ils n’en reviennent pas de l’espace et, surtout, de la liberté qu’on a. La plupart m’envient. Ils voudraient rester plus longtemps! »

Une carrière qui prend son envol

jerome_3

Le poste que Jérôme a obtenu en 2005, c’est celui de contremaître mécanique dans l’une des plus grandes entreprises au monde. Située à 17 km à l’ouest de Fermont, la mine de Mont-Wright appartient à ArcelorMittal, numéro un mondial de la sidérurgie. Présent dans plus de 60 pays, ce géant emploie 300 000 personnes. Pour les jeunes comme Jérôme, dotés d’une bonne formation, les possibilités d’avancement sont donc très intéressantes. « C’est une entreprise en constante évolution. Ça bouge, c’est stimulant et il y a des possibilités de partir à l’étranger », ajoute ce dernier. Il y a quelques mois, le jeune cadre a d’ailleurs été promu au poste de coordonnateur d’entretien.

Bonheur imprévu

À l’origine, Jérôme prévoyait travailler seulement quelques années à Fermont. Il voulait mettre des sous de côté, puis faire le tour du monde. La vie en a décidé autrement. « Au départ, je suis venu ici pour faire de l’argent. Je ne m’attendais pas à trouver aussi ma perle… » Une perle prénommée Annie, que Jérôme a rencontrée un an après son arrivée. Depuis, le petit Mathias est venu agrandir la famille qui comptait déjà Émy, la grande fille d’Annie.

jerome_1

Le jeune papa constate aujourd’hui que Fermont est un endroit de rêve pour élever des enfants. « Il y a de la place en masse, ils peuvent jouer dehors et circuler sans qu’on soit inquiets. Et puis ce ne sont pas les activités qui manquent, avec la piscine, l’aréna, le lac, les équipes d’athlétisme… »

Le retour de la garderie, c’est d’ailleurs Jérôme qui s’en charge. En poste de 8 h à 16 h, il passe cueillir Mathias…
à 16 h 15. « On est loin du stress d’être en retard parce qu’on est coincés dans le trafic sur le pont. J’ai le temps de revenir à pied avec mon petit bonhomme et de l’écouter placoter tout le long du chemin jusqu’à la maison! »

Vive la spontanéité!

Comme Jérôme, Annie est une fille de plein air. Arrivée à Fermont toute petite, elle est profondément attachée à l’espace qui l’a vue grandir. Le couple a un petit chalet au bord d’un lac, où le temps semble couler plus lentement. Excursions en canot, veillées au bord du feu de camp, cueillette de bleuets à pleines chaudières… Autant de bonheurs simples et facilement accessibles ici. « Pas besoin de planifier deux semaines d’avance. Si on a envie d’aller faire un tour de canot, on saute dans l’auto et 20 minutes plus tard, on est sur l’eau. »

Parmi les plus beaux souvenirs de Jérôme, il y a cette expédition aux monts Groulx, un site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. « On est partis en amoureux avec nos sacs de couchage et on a passé la nuit en haut. Quand j’ai ouvert les yeux le lendemain matin, au milieu de la toundra, avec la vue sur le réservoir Manicouagan, je me suis dit que ma première impression était la bonne : c’est vraiment le paradis ici! »

Le coup de cœur de Jérôme

  • La randonnée, à pied ou en raquette, sur n’importe quelle montagne.
    « L’idée, c’est d’aller voir ce qu’il y a de l’autre côté. On se stationne en bas et on grimpe. C’est une découverte à chaque fois. Et quels panoramas! »

0 commentaire

Partagez