Volet culturel : une vitalité toute naturelle

Le dynamisme et la vitalité de la culture sur la Côte-Nord n’ont rien à envier aux autres régions du Québec. De Tadoussac à Blanc-Sablon, en passant par Port-Menier et Schefferville, les arts visuels et de la scène, la littérature, les métiers d’art, la muséologie et le patrimoine, les festivals et les organismes de formation, tous se démarquent par la singularité du territoire et les gens qui l’habitent.


La diversité des arts de la scène

La Côte-Nord est privilégiée de compter plusieurs salles de diffusion qui offrent une programmation de spectacles tous plus variés les uns que les autres. Qu’on parle du Café-Bar Kiboikoi, du comité de spectacles de Forestville, du Centre des arts de Baie-Comeau, de l’Ouvre-Boîte Culturel, du Café-Théâtre Graffiti de Port-Cartier, de la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles, du comité de spectacles de Havre-Saint-Pierre avec la Shed à Morue, le café L’Échouerie de Natashquan ou du comité de spectacles de Fermont, ces salles assurent une diversité culturelle en présentant des spectacles par professionnels ou des gens du milieu à la population nord-côtière : humour, théâtre, danse, chanson et musique.

En musique, notons la présence de deux ensembles de musiciens : l’Orchestre Symphonique de la Côte-Nord et l’Orchestre à cordes de Baie-Comeau. Ajoutons à cela les différentes chorales, dont celles des Gens de mon Pays des Escoumins et de Sainte-Amélie de Baie-Comeau. Quant à L’Odyssée artistique de la Haute-Côte-Nord, elle propose une variété de concerts dont les très appréciés On JAZZ sous la lune présentés les soirs de pleine lune en été.

En danse, une troupe se démarque grâce à plusieurs prix remportés à l’international. L’Ensemble folklorique Tam Ti Delam évolue depuis 1980 avec un répertoire de plus d’une trentaine de styles de danses et de genres de musiques du Québec et d’ailleurs.

Le théâtre est bien représenté sur la Côte-Nord. La région compte une seule compagnie de théâtre professionnelle, soit Espace K théâtre. S’ajoutent à cela des troupes de théâtre amateur comme la Boîte à Chapeaux de l’Ouvre-Boîte Culturel, la Troupe du Masque d’Or et la Troupe La Patente. Les amateurs d’improvisation peuvent aussi assister aux matchs de la LIBRE (ligue de Baie-Comeau) ou de la LIS (ligue de Sept-Îles).

Soulignons également le spectacle à grand déploiement, Baie-Comeau, d’aventure et de culture, produit par la Troupe Chaud Bizzz en période estivale.

Vie culturelle

La chaleur des festivals

Tout au long de l’année, la Côte-Nord compte plusieurs festivals pour divertir les résidents, mais également les touristes venus d’un peu partout au Québec. L’année débute avec les festivals de cinéma Cinoche de Baie-Comeau et Ciné-7 de Sept-Îles dès janvier. C’est une invitation à visionner les dernières sorties cinématographiques de partout à travers le monde. Un peu plus tard, en mars, le Festival des Hivernants vient réchauffer le cœur de l’hiver avec ses diverses activités et ses spectacles. L’été débute toujours en force avec le renommé Festival de la chanson de Tadoussac et se poursuit avec le Festival Eau Grand Air, le Vieux Quai en Fête, Innu Nikamu et le Festival des contes et légendes d’Innucadie.


La richesse des arts visuels

Plusieurs artistes professionnels en arts visuels ont choisi de créer en région. Que ce soit en peinture, en sculpture ou en photographie, leurs œuvres témoignent de leur sensibilité face au territoire qu’ils habitent. Avec le centre d’artistes Panache Art Actuel, quelques-uns d’entre eux, par le biais de La virée de la Culture, peuvent voir leurs œuvres exposées partout en région grâce à plusieurs partenaires diffuseurs.

À la fin juin, le Symposium de peinture de Baie-Comeau, le plus grand symposium de peinture figurative en Amérique du Nord, prend son envol avec une trentaine d’artistes de la Côte-Nord, du Québec ou de l’étranger depuis 1987.


Le foisonnement littéraire

La littérature est prolifique sur la Côte-Nord. En plus de la vingtaine d’auteurs professionnels que compte la région, des organismes comme la Salon du livre et le Réseau Biblio de la Côte-Nord donnent aux Nord-Côtiers l’accessibilité aux œuvres littéraires. La Maison d’édition Rubis et le Cercle d’écriture Recréer la Côte avec sa publication annuelle offrent l’opportunité aux Nord-Côtiers d’être publiés.

Le haïku est bien implanté sur la Côte-Nord avec le Groupe Haïku de Baie-Comeau (GHBC) et le Groupe Haïku de Sept-Îles. Fréquentés mensuellement par des auteurs amateurs et professionnels, ceux-ci peuvent s’initier et écrire le plus petit poème du monde d’inspiration japonaise.

Le GRÉNOC (Groupe de recherche sur l’écriture nord-côtière) a vu le jour au Cégep de Sept-Îles au cours de l’année 2005-2006. Un des principaux objectifs est de faire l’inventaire, relire et commenter des écrits qui décrivent dans divers langages cette immense région, la Côte-Nord. Le projet principal correspond à la publication annuelle d’une revue, Littoral (depuis 2006), rendant compte des travaux du GRÉNOC et de ses collaborateurs.


La tradition des métiers d’art

Les associations des artisans de Fermont et de Minganie, la Foire des arts de Baie-Comeau, l’atelier Éco-Art de Forestville regroupent plusieurs artisans et artisanes en métiers d’art qui œuvrent dans la région. Que ce soit par le textile, la poterie, le vitrail, les métaux, l’ébénisterie ou la joaillerie, le talent de ces artisans n’a de limite que leur imagination.


Le rayonnement des médias communautaires

L’importance des médias communautaires en région est capitale. Ces fenêtres sur la réalité nord-côtière permettent de garder informée la population. Ainsi, on peut compter sur le travail acharné de plusieurs personnes dévouées qui œuvrent à la réalisation de 5 journaux, 14 radios et 4 télévisions communautaires en plus des médias professionnels qui assurent le partage d’information à la grandeur du territoire.

Vie culturelle

La mémoire de la muséologie et du patrimoine

L’histoire de la Côte-Nord gagne à être connue. Grâce au Poste de traite Chauvin de Tadoussac ou au Musée régional de la Côte-Nord et le site du Vieux Poste de Sept-Îles, le Musée Amérindien et Inuit de Godbout ou les nombreux centres d’interprétation, le passé de la région est mis en valeur grâce aux collections et guides interprètes.

L’apport de la culture innue est indéniable. Plusieurs artistes autochtones se démarquent par la musique; d’autres, par l’artisanat traditionnel. L’Institut Tshakapesh dessert huit communautés sur le territoire en offrant des services liés à la conservation de la langue innue et à l’éducation.

Ajoutons à cela les spécificités archéologiques du territoire expliquées par le Centre Archéo-Topo et celles du monde des baleines présentées par le Centre d’interprétation des mammifères marins pour tracer un portrait quasi complet de la région, sans oublier les sociétés historiques de la Côte-Nord et du Golfe qui se font un devoir de partager cette richesse patrimoniale par le biais d’expositions annuelles ou de leur revue d’histoire.


La transmission avec les organismes de formation

La relève artistique est entre bonnes mains, du moins pour la danse et la musique avec les organismes de formation régionaux. Quatre écoles de danse (Académies de danse de Baie-Comeau, de Forestville et les Joies de la danse, École de danse Calypso) et quatre écoles de musique (Écoles de musique de Forestville, Sept-Îles, Havre-Saint-Pierre et de la Côte-Nord) offrent une formation rigoureuse aux jeunes et moins jeunes.


Les valeurs de la culture autochtone

  • Des légendes en chansons, des danses en rituels, les traditions autochtones font vivre la culture nord-côtière.
  • Chaque année, le festival Innu Nikamu de Mani-Utenam transmet la mémoire innue grâce à la musique traditionnelle et contemporaine.
  • À Natashquan, le Festival du conte et de la légende de l’Innucadie propose à tous des spectacles de conteurs autochtones et non autochtones.
  • De nombreux artistes innus se sont fait connaître par la musique : Shauit, Florent Vollant et Claude Mackenzie du groupe Kashtin, Jean-Marc Picard et Petapan de Pessamit, le Groupe Maten, et François Jérôme de Mani-Utenam ou encore Bobby Couture de Uashat (Sept-Îles).
  • Des artistes autochtones, dont les Ernest « Aness » Dominique ou Allen Grégoire, et allochtones se rencontrent chaque été dans le cadre du Festival de peinture « MAMU » Ensemble ; ce dernier se tient à la Maison de transmission de la culture innue le Shaputuan, à Uashat.
  • Vingt-neuf médias communautaires et autochtones de la Côte-Nord assurent la vitalité des liens dans cette immense région.
  • Depuis 1978, lInstitut Tshakapesh dessert huit communautés innues de la Côte-Nord.
  • La nation naskapie est établie sur la Côte-Nord à Kawawachikamach, situé à une vingtaine de
    kilomètres au nord-est de Schefferville. Ce village est la seule communauté naskapie du Québec.

Pour en connaître davantage sur les cultures innue et naskapie :

Vie culturelle

Sauvegarde et développement de la langue innue, soutien pédagogique et administratif aux écoles, activités d’échange et de perfectionnement

418 968-4424 / 1 800 391-4424

reception@tshakapesh.ca
Vie culturelle

Mémoire et connaissance du Nitassinan, un site spécifique à la nation innue où des aînés transmettent leur savoir-faire et leur culture à des plus jeunes
Vie culturelle

Site de référence sur la culture innue (en anglais seulement)

418 585-2686

kawawa@naskapi.ca

 

Organismes actifs au niveau culturel