Vivre sur la Côte-Nord :
Rencontres et témoignages

Éric Maillet Le feu sacré

eric_545x192

Il y a une quinzaine dʼannées, Éric Maillet a quitté le sud de la France pour sʼétablir à Grandes-Bergeronnes. Pourquoi diable faire ce choix alors que plusieurs rêvent du trajet inverse? Parce que la Côte-Nord est une terre de rencontres, à la fois riche de son passé et ouverte sur lʼavenir. Un concentré dʼinspiration pour cet artiste audacieux, dont la démarche se nourrit aussi dʼune passion pour lʼarchéologie.

eric_200x200_1« Au départ, cʼétait un trip de Français qui veut découvrir le Québec. Mais je me suis fait prendre à mon propre jeu : je suis tombé amoureux de la Côte-Nord… » Cʼest donc à Grandes-Bergeronnes, une vingtaine de kilomètres à lʼest de Tadoussac, que le sculpteur forgeron a déposé son enclume. Et depuis, les affaires vont bien pour lui!

FORGER SA VOIE EN CÔTE-NORD

Son atelier, Éric Maillet lʼa érigé à quelques pas de la maison, le grand terrain dont il price of cialis 20mg dispose permettant sans problèmes ce genre de construction. Autour dʼune panoplie dʼoutils — certains semblant sortis tout droit dʼune salle de torture! — se côtoient des matériaux hétéroclites : bois cialis use for bph de grève, os polis, pierres aux motifs mystérieux… cialis coupons codes Selon lʼinspiration de lʼartiste, ils se marieront au fer, au bronze ou au cuivre pour donner vie à des œuvres évoquant les beautés du monde.

eric_200x200_5Car la relation entre lʼhomme et la nature est au cœur du processus de création dʼÉric, dʼoù les liens étroits quʼil entretien avec le peuple innu. Ce dernier sera dʼailleurs au centre dʼun projet dʼexposition rendu possible grâce à lʼappui du Conseil des arts et des lettres, et du Fonds de la Côte-Nord pour les arts et les lettres. Inspirées des chasseurs-cueilleurs innus, les sculptures établiront un parallèle avec lʼart pariétal européen. Lʼexposition sera dʼabord présentée au Musée régional de la Côte-Nord, à Sept-Îles, en 2011. Mais déjà, des musées dʼarchéologie français ont manifesté leur intérêt.

COLLABORATION ET PARTAGE

eric_200x200_2

Au moins une des pièces de cette exposition sera produite en collaboration avec Chantal Harvey, une autre artiste de la Côte-Nord. Dans son petit atelier face à la mer, dans la Baie-Johan-Beetz, cette dernière pratique la gravure sur bois et explore actuellement une nouvelle avenue : lʼimpression de ses œuvres sildenafil greenstone sur des peaux de caribous.

Les deux créateurs pourront ainsi partager leur savoir-faire, une pratique favorisée par la mise sur pied de Panache Art actuel. Fondé en 2008, cet organisme soutient la recherche artistique à travers des résidences, des jumelages what would viagra do to a woman dʼartistes et des projets interdisciplinaires impliquant commissaires et critiques dʼart. Une formidable occasion dʼéchange et dʼenrichissement réciproque.

eric_200x200_3

« Il y a une richesse culturelle et historique unique sur la Côte-Nord. Et beaucoup de gens ont un intérêt pour le travail des artistes. http://viagranoprescription-buy.com/ Peut-être parce quʼen vivant ici, on peut davantage contempler la nature. Côtoyer des œuvres vivantes, ça prédispose à être touché par une
œuvre dʼart. »

GARDIEN DE LA TERRE

Depuis 2004, Éric se consacre exclusivement à son art. À une exception près : il est aussi gardien dʼune terre ancestrale. En effet, la maison dʼoù émanent les effluves de ses mijotés méridionaux est cialis manufacturer coupon sise sur un lot de 75 hectares appartenant notamment à la famille Molson, qui lʼa acquise afin dʼen préserver le patrimoine agricole.

eric_200x200_4Chaque jour, Éric joint donc lʼutile à lʼagréable en parcourant cette terre qui sʼétend jusquʼau fleuve, veillant au bon état du chemin, des champs et des bâtiments anciens. Cʼest lʼoccasion http://discountpharmacy-rxstore.com/ de dénicher les matériaux de ses futures créations, mais aussi de faire des rencontres inattendues. Comme avec ce bébé ours, venu à buy male and female viagra sa rencontre quelques jours après la fermeture de la saison de la chasse. La petite boule de poil gémissait, lʼair perdu et orphelin, incitant Éric à lʼamener au refuge voisin. Mais comme il sʼapprêtait à le recueillir, la mère sʼest décidée à paraître, pointant son museau au détour du sentier…

« Je traîne souvent mon appareil photo, qui sait ce qui se présentera à mon objectif? Et puis il y a la mer, à perte de vue. Dʼaccord, elle nʼa pas la même température que la Méditerranée. Mais par jour de beau temps, la couleur est semblable. »

2 commentaires

Partagez Envoyez cette page

Les champs marqués d’une étoile (*) sont obligatoires.

Captcha Captcha Reload

Commentaires (2)

  1. 14 décembre 2012

    Par Claudine

    « Bonsoir, par hassard je suis tombé sur vous, en introduisant mon nom (Claudine Maillet) sur le google, alors j'ai pu constater qu'il existe un autre artiste avec le même nom. J'étais fort surpris, car ici au Luxembourg il n'y a plus beaucoup de personnes avec le nom de famille MAILLET. Bon continuation dans votre art. Bien le bonjour du Luxembourg :-) Claudine Maillet »

  2. 18 septembre 2010

    Par zinou

    « bonjour monsieur eric moi c'est azedine je te souhaite bon courage est je partage votre aventure j'aime bein votre region c'est unparadis sur terre mon email tari2003@hotmail.fr »