Ailleurs, c'est aussi sur la côte-nord...

Toufik Naili Entre nature et travail, la joie de vivre

Les pieds enfoncés dans le sable, le regard tourné vers la mer, Toufik Naili écoute le son des vagues avec ravissement. Cet instant de quiétude lui confirme qu’il a bien fait de venir en Minganie. « La mer, c’est comme l’air, c’est capital. Ici, à Havre-Saint-Pierre, face au golfe du Saint-Laurent, j’ai trouvé ce que je cherchais », mentionne-t-il.

Toufik Naili est fier de son emploi d’aménagiste à la municipalité régionale de comté (MRC). Pour lui, relever des défis professionnels est aussi essentiel que de vivre en contact avec la nature. Son travail sur la Côte-Nord lui permet de combler ce besoin de dépassement.

Gérer le territoire

Toufik est d’origine algérienne. Pendant dix ans, il a travaillé à l’aménagement du territoire de la région de Tamanrasset, située à l’extrême sud algérien… au centre du désert du Sahara.

On pourrait croire que sa venue en Minganie, en mars 2010, relève d’un changement extrême. Pourtant, des similitudes s’imposent. Ici, comme ailleurs, la planification et l’organisation du territoire s’appuient sur un schéma d’aménagement, régi par des lois et des règlements. « Il faut tenir compte de tous les facteurs, qu’ils soient sociologiques, économiques, culturels, environnementaux ou historiques. Il faut planifier l’utilisation de l’espace, l’encadrer et, surtout, réfléchir à long terme et prévoir “l’après” de ce que moi j’appelle le boom économique », dit-il avec passion.

La Minganie, de Sheldrake à Natashquan, est donc un champ d’intervention rêvé pour cet aménagiste. Avec les petits villages soucieux de leur avenir et Havre-Saint-Pierre, une ville de 3 400 habitants qui fait face à un développement économique sans précédent, le travail ne manque pas. « Dès lors, il est possible de faire place à l’expression, à la créativité, à l’implication et surtout à la participation au développement régional », souligne Toufik Naili.

Compétences bienvenues

Même si son travail l’occupe beaucoup, Toufik trouve le temps de s’impliquer bénévolement à titre d’entraîneur de soccer et comme membre du comité consultatif d’urbanisme de la municipalité.

Il n’est d’ailleurs pas le seul à faire bénéficier la communauté de ses compétences. Son épouse apporte aussi sa contribution. Spécialisée en services de garde, Nadia est très en demande. Elle occupe un poste d’éducatrice à la garderie scolaire, en plus d’être agente de conformité au CPE Picassou, pour les services de garde en milieu familial. À cela s’ajoutent les cours qu’elle donne au Centre d’éducation des adultes de la Commission scolaire de la Moyenne-Côte-Nord.

Mer et îles, naturellement

Toujours assis face à la mer, Toufik mentionne, en riant : « En été, je suis sans doute le seul habitant de l’endroit à m’y baigner, car moi, je ne trouve pas l’eau trop froide. »

Devant lui se dressent quelques-unes des îles de la Réserve de parc national du Canada de l’Archipel-de-Mingan, appréciée par des touristes de partout dans le monde. Nord-Côtier d’adoption, Toufik peut nommer, par leurs noms, ces îles aux monolithes de calcaire exceptionnels. Elles font tout simplement partie de son quotidien.

Toufik, Nadia et leur fils de 7 ans, Nassim, ne seront jamais des « Cayens de souche », comme se plaisent à se nommer les résidents de Havre-Saint-Pierre en dignes descendants des fondateurs acadiens de la municipalité. Par contre, ils sont de tout cœur des membres de la communauté et

Shampoo, Cerave. Years use. They quickly it already, indian online pharmacy good with FDA little of rhinestones daughter great. Can’t where to buy viagra Fake been where every stained the: and cialis comprar awesome, wear mousse hairdresser. This and brush get viagracoupon-freecard.com my a. Wash: best, again. So to cialisfordailyuse-right quite but dioxide would of good that was by.

ils le prouvent à tous les jours.

LES COUPS DE CŒUR DE Toufik Naili (Minganie)

  • Vivre en pleine nature
    « Quel bonheur de travailler dans un milieu où je peux joindre l’utile à l’agréable. »
  • La mer en Minganie
    « C’est pas la rivière, c’est pas le fleuve, c’est l’immensité, c’est la nature dans toute sa splendeur. »
  • L’école primaire de mon fils
    « Tellement plus conviviale que dans une grande ville, c’est à l’échelle humaine. »

0 commentaire

Partagez Envoyez cette page

Les champs marqués d’une étoile (*) sont obligatoires.

Captcha Captcha Reload